Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Petits Potins de L'Histoire

Les Petits Potins de L'Histoire

Bienvenue sur "Petits Potins de L'Histoire" J'espère que vous prendrez plaisir à me lire .... N'hésitez surtout pas à me proposer des idées ou de créer vous même un article, je mettrai en ligne avec plaisir...


La prostitution au Moyen-âge

Publié par Kitty sur 2 Juin 2007, 11:44am

Catégories : #Le Moyen-âge

La prostitution est une institution du Moyen-âge.

Un homme seul (même un religieux) pouvait se rendre dans une maison close sans que personne n'y trouve à redire.

A cette époque, on ferme les yeux sur l'existence de ces bordeaux, réservés « en principe » aux célibataires.

Dans la plupart des villes du Sud-Ouest, il existait un prostibulum publicum construit, entretenu et géré par les autorités publiques, princières ou municipales.etuves.jpg

 

La clientèle des bordels est stable et locale. La fornication était pour les jeunes une coutume (obligée par leurs aînés). Les jeunes fils se devaient d'aller « s'esbattre ».
Ceux qui ne fréquentaient pas ces établissements pouvaient être suspecter par leurs compagnons d'avoir une servante maitresse ou une ribaude ne propre.

 

 



Il existe aussi dans chaque grande ville, en plus du bordel public plusieurs maisons de tolérance: les étuves.

Tous les bains sont abondamment pourvus de jeunes chambrières, les chambres sont nombreuses et la literie imposante.
L'acces des lieux de prostitution était interdit aux clercs et aux hommes mariés, c'est pour cette raison qu'ils fréquentent les étuves.

 

D'innombrables règlements on tenté sans succès d'interdire la prostitution dans ces lieux. Les propriètaires de ces étuves sont le plus souvent des autorités ou de très haut personnage.

 

Il existe aussi de petits bordelages privés tenus par des maquerelles qui disposent de 2 ou 3 filles chambrières.

Il y a aussi les filles dites « légères » qui travaillent pour leur propre compte, elles vont d'hôtel en hôtel ou racolent dans les tavernes ou sur les marchés.

 

Les autorités s'efforcent de faire observer certaines règles sanitaires, vestimentaire, fiscales. Les
tentatives répressives sont jusqu'au XVI eme siècle sont rares et inéfficaces.moyen-age-prosti.jpg

 

 

 

 

 

La ville n'est pas le seul lieu favorable au développement des amours vénales. En période de grandes pauvretés le nombre de femmes offertes qui allaient de village en village augmentait.
Ces femmes adaptaient leur itinéraire au calendrier des foires et marchés.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le prostibulum:

 

Il a le plus souvent été construit sur les deniers publics, il était loué à une abbesse ou un tenancier qui avaient le monopole de la profession.

Ils avaient en charge de recruter les filles, de faire respecter les règles et parfois de les entretenir.

Commenter cet article

Gaby:0059::0010: 12/04/2008 20:45

j'ai traité le même sujet il y a quelque temps :postribulus major à Florence . J'aime bcp tes recherches bravo

Le chevalier du dimanche 03/06/2007 08:06

Bonsoir princesse Kitty...... Hummmm, j'ai dévoré cet article... hummm... intellectuellement bien sur. Un chevalier a prété serment et il doit se conduire presque comme un religieux... (heu, presque).   J'avais lu et vu à la télé un reportage sur ce sujet mais à Pompéi, et un autre sur ... heu... (800 ans a le chevalier, sa mémoire défaille un peu parfois..) le plaisir autour des fete Romaines.   J'adore la synthèse que tu réalise sur des sujets aussi faste et difficile.... Admiratif est le chevalier Dauphinois.... Bon Dimanche Princesse

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents